Comment choisir ses composants informatiques

[ Dernière mise à jour 16 avril 2018 ]

  Cet article s'adresse aux futurs assembleurs qui n'ont pas gagné au Loto ou qui n'aiment tout simplement pas le gaspillage. Nous allons essayer de vous expliquer comment respecter l'adéquation budget et utilisation d'un ordinateur PC. Nous ne reprendrons pas le schéma de la barre de menu, la discussion se fera autour de chaque composant du PC. Cet article, ne se basant que sur des composants récents, fera l'objet de mises à jour régulières.

  1) Choisir sa plateforme:
  Cœur du PC la plateforme est composée du processeur, de la carte mère et de la mémoire. Nous ne parlerons que des plateformes Intel qui sont les plus demandées bien que AMD rivalise en performance avec sont nouveau socket AM4 pour Ryzen.
  a) Son format:
  Trois formats sont courants avec des dimensions maximales pour l'ATX de 304 x 244 mm, µATX 244 x 244 mm et pour le mini ITX de 177 x 177 mm. Le choix est donc facile et dépendra de la taille souhaitée du PC et du nombre de port d'extension désiré. Généralement pour un PC de bureau nous choisirons le format ATX spacieux qui facilitera le montage d'un ventirad volumineux et de plusieurs cartes filles. Pour un HTPC ou un petit PC de bureau les formats µATX et mini ITX seront bien sûr à privilégier. (Pour plus de détails, cliquez sur les images ci-dessous représentant les 3 formats sur une même gamme de carte mère Z370 Gaming).
  b) Le processeur:
  Nous ne prendrons en compte que la dernière génération le socket 1151 Coffee Lake. Les processeurs de cette 8ème génération possèdent un GPU intégré puissant et peuvent ainsi dispenser l'ordinateur de carte graphique fille dans les utilisations bureautiques et multimédia. Un Intel Core i3 8100 (119 € environ) vrai 4 cœurs @ 3,60 GHz conviendra très bien même dans les jeux pour un budget très serré. Nous préférons bien sûr un 6 cœurs physique, l'Intel Core i5 8500 (210 €) pour la bureautique intensive et le multimédia avec multitâche (nombreuses feuilles Excel ouvertes, nombreux onglets internet, écoute de musique simultanée, téléchargement, encodage en tâche de fond, etc..). Ce 6 cœurs sera bien sûr suffisant dans un PC de jeu économique et puissant. Il sera capable de gérer l'IA de n'importe quel jeu actuel et d'envoyer les données nécessaires à toutes les cartes graphiques mono GPU travaillant en 1080p ou plus. Attention, ces processeurs sont des Coffee Lake (dernière génération) et fonctionnent idéalement avec de la mémoire DDR4 et Windows 10.
  L'i5 en version k (coefficient débloqué) coute 35 € de plus mais l'Intel Core i5 8600K tourne plus vite (3,60 GHz de base) et il intéressera les overclockeurs qui trouveront leur bonheur en passant sa fréquence d'origine de 3,60 GHz à 4,50 GHz en 2 click de souris avec un bon refroidissement. Le jeu qui pourrait lui résister ne sortira pas demain !
  Pour finir l'Intel Core i7 8700K (379 € environ) est identique à la i5 K mais possèdent en plus 6 cœurs virtuels soit 12 threads en tout avec une fréquence de base à 3,70 GHz. Ce processeur est idéal pour les professionnels de la CAO travaillant sur des suites comme Adobe, Catia, etc... Par contre dans les jeux il n'est pas très utile car pratiquement aucun n'utilise l'hyperthreading, voir même, dans quelques rares cas, ne l'aiment pas.

Asus STRIX Z370E GAMING
Asus STRIX Z370-G GAMING (WI-FI AC)
Asus ROG STRIX Z370-I GAMING

  c) La carte mère:
  Il faut bien sûr que le socket de la carte mère corresponde au processeur. Pour un processeur AMD nous prendrons bien sûr un socket AM4 et dans notre cas pour un processeur Intel Coffee Lake nous prendrons un socket 1151 mais en vérifiant bien que le chipset soit un B360 ou H370 ou encore Z370 (pour l'overclocking). Attention, les autres chipsets ne sont pas compatibles 8ème génnération. Après le choix du format en fonction de la taille du boitier (notre exemple en ATX) nous devrons choisir donc le chipset de la carte mère en fonction du processeur et des possibilités d'évolution. Un i3, i5 ou i7 non K qui ne s'overclocke pas trouvera sa place sur un chipset B360 ou H370 plus économique que le chipset Z370 qui autorise l'overclocking des processeurs K. Exemple, Intel Core i3 8100 sur une carte mère Chipset B360 comme la Asus PRIME B360-PLUS plus économique qu'une Chipset Z370 Asus ROG - STRIX Z370E GAMING orientée overclocking avec les processeurs K.
  d) La mémoire:
  Là, c'est un peu plus difficile:
- Sa fréquence: De la PC 21300 (2666 MHz) est passe partout et fonctionnera quel que soit le chipset de la carte mère. De la PC plus rapide n'apportera pas beaucoup de performance en plus mais risquera d'exploser votre budget.
- Sa quantité:
. 2*2 Go (il faut toujours un kit dual channel) pour les moins fortunés. Presque tous les jeux passeront mais peut-être avec quelques petits ralentissements. En bureautique simple c'est aussi suffisant mais pas de multitâche.
. 2*4 Go plus aucun problème dans les jeux, même les plus gourmands. Très bien en multimédia classique et en bureautique avancée.
. 2*8 Go est pour nous la quantité optimale. De la CAO au jeu en passant par le multitâche intensif.
. 2*16 Go est souvent le maximum accepté par les cartes mères ne trouveront leur place que pour la CAO 3D et traitement parallèle de plusieurs images ou retouche photographique professionnelle par lot de plus de 25 images format RAW (situation peu probable).
- Sa compatibilité: La sécurité est d'aller sur le site du constructeur de la carte mère consulter la liste des mémoires compatibles (souvent nommée VDL) ou de suivre nos recommandations dans les configurations proposées sur le site. Il existe de la mémoire "passe partout" comme la G.Skill Ripjaws V Red DDR4 2 x 8 Go 2666 MHz CAS 15, la Ballistix Sport LT RED DDR4 2 x 8 Go 2666 MHz CAS 16...
  e) Conclusion pour la plateforme:
  Nous prendrons juste un exemple, celui d'un PC de jeu avec des performances suffisantes quel que soit le jeu.
. Le petit prix et bon compromis Intel Core i3 8100 + Asus PRIME B360-PLUS + 2 x 4 Go G.Skill Ripjaws V Red DDR4 330 € environ.
. L'overclockeur avide d'un gros potentiel de puissance Intel Core i5 8600K + Asus ROG STRIX Z370-F GAMING + 2 x 8 Go G.Skill Ripjaws V Red DDR4 2 x 8 Go 2666 MHz CAS 15 650 € environ, il faudra ajouter un bon ventirad comme un Cooler Master Hyper 212X (35 €).
. L'inutile sauf pour la CAO et le multitâche intensif ou se faire plaisir avec du très haut de gamme Intel Core i7 8700K + Asus ROG - MAXIMUS X HERO + 2 x 8 Go G.Skill Ripjaws V Red DDR4 2 x 8 Go 2666 MHz CAS 15 870 € + ventirad Noctua NH-U12S (67 €).
  Presque du simple au double pour une utilisation uniquement gamer, cela donne matière à réflexion pour des performances quasiment identiques. C'est sûr que si le PC doit avoir une utilisation importante dans la CAO, MAO plus le jeu, la dernière plateforme sera beaucoup plus à l'aise. Maintenant que vous savez choisir votre plateforme, nous allons aborder l'épineux sujet de la carte graphique...

  2) Choisir sa carte graphique:
  Epineux car sujet à de nombreuses polémiques, les fans nVidia qui n'ont que de bons souvenirs, les adeptes AMD ex ATI qui ne voient que les performances brutes à un prix défiant toute concurrence, les malades de FPS qui ne jurent qu'avec un minimum de 80 ou plus d'images par seconde... Que de choses à dire !
  Jetons un pavé dans la mare: Trop de FPS nuisent à la qualité de l'image ! Nous aurions dû traiter des moniteurs avant de parler des cartes graphiques mais nous allons étudier les deux ensembless pour assurer une bonne adéquation.
tearing (déchirement horizontal de l'image) Tout le monde sait qu'un "gamer" averti à une vue supérieure à la norme et va se plaindre que le pointage de sa souris manque la cible, traîne ou d'autres problèmes de fluidité. Pas de polémique là-dessus, si 25 images par secondes sont suffisantes pour assurer une fluidité, jusqu'à 60 nos yeux apprécieront le gain. Mais que se passe t'il si votre carte graphique (GPU) envoie beaucoup plus de 60 images par seconde sur un moniteur classique (99%) rafraîchissement à 60 Hz ? Tout simplement votre GPU dépasse les capacités du moniteur et va être en avance, il va envoyer l'image suivante se superposer sur l'image du moment. Entre 1 ou 20 fps de plus que les 60 possibles, la dégradation ne sera que peu visible, léger flou et petites saccades. Mais au-delà nous risquons fort d'assister à une accélération qui en plus du flou entraînera un phénomène de téléportation de votre personnage ou des cibles et pire le tearing (déchirement horizontal de l'image). L’écran, qui ne peut afficher qu’une image toutes les 16,7 ms, se voit imposer une nouvelle scène alors qu’il est en cours de traitement de la précédente. Si les différences visuelles entre deux séquences sont trop marquées, une cassure se produit à l’écran. La solution est d'activer la V-Synch dans le jeu, ainsi le GPU ne dépassera jamais les 60 fps et se calera sur la fréquence de rafraîchissement du moniteur. Cette option est normalement désactivée dans les jeux car le remède peut être pire que la maladie en induisant le stuttering (chute brutale de fps très sensible aux yeux). Le stuttering va se produire dès qu'une scène hyper chargée va se présenter si votre GPU décroche les 60 fps. Dans ce cas le moindre dépassement de la vitesse de calcul d'une image (1/60=16,7 ms) entraînera d'office une chute brutale des fps de 60 à 30 (le moniteur devant attendre le cycle suivant pour afficher l'image) ce qui risque d'être vraiment encore plus perturbant ! Des solutions existe pour avoir une vision parfaite dans les jeux sujets à des variations importantes de la complexité des scènes. La moins onéreuse consiste à choisir un moniteur qui possède un taux de rafraîchissement élevé (75 Hz ou plus). Plus cher, choisir une technologie Free Sync avec une carte AMD ou G-Synch (plus chère mais plus efficace) avec une carte nVidia. Ces technologies calent (avec plus ou moins d'efficacité) en temps réel la fréquence du moniteur au nombre d'images qu'il reçoit de la carte graphique (adaptation de la synchronisation automatique, c'est à dire taux de rafraîchissement exactement égal au nombre de fps reçu).
  Et tout ça c'est sans compter la résolution de votre choix, 1080p, 2K ou encore 4K. On élimine d'entrée la 4K qui ne dépassera jamais 60 ips même avec une GTX 1080Ti, donc pas de problème si votre budget est voisin de 2 000 € et dans les cas où les ips seraient insuffisantes la suppression de l'anti aliasing (aliasing peut visible en 4K) et/ou le downscaling en 2K résoudrait les problème. En 2K, l'adéquation entre le moniteur et la carte graphique est assez facile et avec une carte graphique milieu de gamme (GTX 1070Ti par exemple) nous sommes assurés d'avoir une image parfaite dans pratiquement tous les jeux. Mais la 2K demande d'avoir un moniteur d'au moins 27" (32" pour la 4K). En 1080p c'est plus délicat, une GTX 1060 - 6 Go ou une RX 580 carte d'un rapport prix/performance abordable (autour de 300 €). Dans cette résolution, il faudra donc privilégier un moniteur 144 Hz et/ou Free Sync avec une carte AMD ou G-Synch avec une carte nVidia.on se retrouvera souvent avec trop d'ips et parfois avec pas assez (certaines scènes de The Whitcher 3 par exemple).de choisir une carte graphique de milieu de gamme avec une moyenne de fps de 60 et selon les jeux de diminuer un peu le filtrage pour tenir cette moyenne que d'acheter une carte très haut de gamme qui va dépasser trop largement la moyenne et qui nécessitera de d'activer la V-Synch pour garder un bel affichage.
  Vous l'avez compris, pour éviter des fins de mois difficiles tout en ayant un bon confort visuel dans les jeux, il faut bien choisir ce couple moniteur/carte graphique bien plus important que celui processeur/carte graphique. Ci-dessous, quelques suggestions:

MSI Radeon RX 580 Armor OC - 8 Go Zotac GeForce GTX 1070 Ti AMP Edition - 8 Go Gigabyte GeForce GTX 1080 WindForce OC - 8 Go

MSI Radeon RX 580 Armor OC - 8 Go
ou
MSI GeForce GTX 1060 6GT OC V1 - 6 Go
(environ 340 €)

La Radeon est idéale avec un moniteur Free Sync Iiyama G-MASTER G2530HSU-B1 - FreeSync 24" - 1920x1080 - 75 Hz
La nVidia sera plus à l'aise sur un moniteur 144 Hz Asus VG248QE

Zotac GeForce GTX 1070 Ti AMP Ed - 8 Go
ou
Pas d'alternative chez AMD
(environ 540 €)

Parfaite avec en 1080p avec le Asus ROG Swift PG248Q - G-Sync en 24 pouces dalle rapide 1 ms et 144 Hz ou un 27 pouces Acer XG270HUAomidpx Zero Frame en 2K (2560x1440)

Gigabyte GeForce GTX 1080 WindForce OC - 8 Go
(environ 650 €)

avec un 30 pouces incurvé, dalle VA et G-Sync en 2560 x 1080 (UW-UXGA) - 200 Hz avec le sublime Acer Predator Z301Cbmiphzx (748,90 €) pour une immerson totale dans les jeux. Une Inno3D GeForce GTX 1080 Ti Twin X2 - 11 Go serait aussi parfaite avec ce moniteur.

  3) Choisir son stockage:
  a) Le SSD:
  Nous ferons un petit rappel sur l'espace réservé par Windows. L'OS installé sur un SSD assurera une grande réactivité, un démarrage et un arrêt rapide. Un SSD de 120 Go formaté ne laisse qu'environ 111 Go disponible. Le dossier Windows 10 64 bits va occuper entre 16 et 20 Go. A cet espace obligatoire Windows va se réserver un fichier nommé herber.sys équivalent à 75% de la taille de la mémoire pour la mise en veille prolongée du PC et un fichier swap (mémoire tampon) de 50% la taille de la mémoire. Nous voyons que sans optimisation avec une plateforme de 16 Go de RAM, l'espace libre après installation de l'OS, pilotes de la carte mère et drivers graphiques ne sera plus que de 111 Go - 20 Go - 12 Go - 8 Go soit 71 Go. Il faudra donc délocaliser sur un autre disque dur classique les dossiers documents, images, vidéos, etc... et supprimer le fichier hyber.sys et donc supprimer la veille profonde (qui n'est pas fonctionnelle aprés l'installation mais son espace est occupé) ainsi que diminuer la taille du fichier swap pour pouvoir installer quelques programmes lourds et jeux gourmands. Nous aurons tout intérêt à choisir un SSD de 240 Go ou plus dans le cas d'une non optimisation.
  Il ne faut plus se priver d'un SSD. L'argument de la fragilité ne tient plus, les SSD ont une durée de vie bien plus longue que les HDD mécanique. Avecplus de 250 To de données en écriture, à l'échelle d'un disque de 250 Go de quoi tenir entre 20 et 25 ans. Les prix ont baissé et justement nous recommandons le nouveau Crucial MX500 - 250 Go pour environ 80 € en sata.
  Pratiquement toutes les cartes mères récentes acceptent le M.2 NMVe (PCIe) avec des vitesses plus que triplée, ainsi le choix d'un SSD à cette norme est judicieux, nous conseillons le Samsung Serie 960 EVO M.2 PCIe NVMe - 250 Go à moins de 130 €.
  b) Le HDD:
  Pour le stockage des données la vitesse est peu importante. Il faudra privilégier la fiabilité et pour cela Western Digital est le maître. La capacité idéale est de 1 To ainsi deux disques seront moins sollicités qu'un seul de 2 To et en cas de "crash" les pertes seront bien moindre. Dans l'utilisation 24h/24 et 7jours/7 le Western Digital WD AV-GP - SATA III 6 Gb/s - 1 To - 64 Mo est le meilleur choix, froid, silencieux, fiable. Pour une utilisation moins intensive le Western Digital WD Black 3,5" - SATA III 6 Gb/s - 1 To reste la référence en vitesse et endurance. Ce HDD rapide pourra accueillir sans problème l'installation des jeux les plus gourmands.
  c) Le lecteur / graveur optique:
  Un modèle basique est bien souvent suffisant pour installer l'OS, des drivers ou des programmes. Le Samsung SH-224GB est la référence avec une technologie de gravure supérieure aux concurrents. La lecture de BR peut être utile, surtout dans le cas d'un HTPC, Asus domine les autres avec le lecteur BR / graveur DVD Asus BC-12D2HT. En ce qui concerne la gravure de BR, nous la déconseillons en raison du prix excessif des médias et d'un matériel qui n'a jamais été au point entraînant beaucoup de déchets.

  4) Choisir son boitier et son alimentation:
Be Quiet Silent Base 600 Window - Orange  a) Le boitier:
  Cet élément important dépend aussi beaucoup des goûts de son futur propriétaire ainsi que de ses priorités comme le silence, l'espace disponible, etc... Nous surveillerons:
- Qu'il soit adapté au format de la carte mère.
- Qu'il présente une largeur suffisante pour accueillir un bon système de refroidissent du processeur et un espace suffisamment grand pour accepter une longue carte graphique.
- Qu'il soit équipé d'au moins un ventilateur frontal et ventilateur arrière en extraction. Il faudra toujours privilégier la circulation d'air de l'avant, le flux frais passant en premier sur le ou les HDD, vers l'arrière. Les boîtiers possèdent souvent d'emplacements supplémentaires avants, latéraux, sur la base et sur la paroi supérieure. Ces emplacements sont plus souvent un argument de vente qu'utiles. Si un renforcement de la ventilation est nécessaire (configuration hyper musclée) on mettra en premier un ventilateur supplémentaire en aspiration sur la face avant toujours pour favoriser le flux d'air avant vers l'arrière et maintenant une pression positive dans le boitier (cela évite l'entrée de poussière par les interstices ou autres emplacements souvent dépourvus de filtre). L'ajout d'un ventilateur latéral perturbe souvent le flux, l'ajout d'un ventilateur supérieur est inutile (sortie de l'air chaud par convection naturelle) voir néfaste (court-circuit du flux avant-arrière traversant le ventirad du processeur). Un ventilateur en aspiration sur la base pourra par contre soulager celui de l'alimentation.
- Qu'il possède un front panel avec 2 prises USB3 avec rallonge interne 20 broches et prises audio HD.
- Qu'il soit équipé d'au moins une baie 5,25" pour le lecteur optique et 3 ou 4 baies 3,5" pour les disques durs et/ou SSD.
  b) L'alimentation:
  Il ne faut pas se fier aux indications des fabricants des cartes graphiques qui sur-dimensionnent les besoins de pratiquement 100%. Une carte graphique n'est pas un convecteur électrique ni un grille-pain. Certains constructeurs indiquent 750 watts pour une carte qui ne dépassera jamais 400 watts en pleine charge. On ajoutera 150 watts pour le processeur, la carte mère et la mémoire et 10 watts par périphérique HDD, lecteur optique, ventilateur... Ainsi une alimentation de 650 watts sera largement suffisante pour une configuration musclée à condition de choisir celle-ci de qualité.
  Dans le cas du choix d'une carte graphique puissante comme la MSI GeForce GTX 1070 Gaming X - 8 Go, une alimentation de 550 watts serait bien suffisante mais pour s'assurer d'une évolution future et du silence prendre une alimentation de 750 watts se justifie.
  Nous entendons souvent parler de certification, 80+, bronze, argent, or et même platinium. Cette certification ne joue pas sur la puissance finale de l'alimentation (ou très peu) dans les marques sérieuses. C'est plus un élément marketing qui va jouer sur la consommation à la prise pour des économies d'énergie. Prenons deux alimentations données pour 750 watts, l'une 80+ bronze, la Corsair CX Bronze Modulaire - 750W et l'autre 80+ or, la Silverstone Strider Gold ST75F-GS Modulaire - 750W. Les deux délivrent au maximum le même courant, 62A - 744W sous 12 volts. La silverstone affiche 5% d'efficacité de mieux que la Corsair pour un prix supérieur de plus de 35% (100 € la Corsair et 135 € la Silverstone). Vous économiserez 37,5 watts/h sur votre consommation électrique en admettant que les alimentations tournent à fond ce qui est rarement le cas même en jeu extrême. La consommation réelle à la prise de courant sera plus proche de 375 watts en moyenne horaire soit une économie de 37,5 watts/h/2. Nous vous laissons calculer le nombre d'années qu'il vous sera nécessaire pour amortir les 35 € de plus de la Silverstone ! De plus la certification coute chère, ainsi certains constructeurs comme Cooler Master ne font pas certifier certaines de leur alimentation pour diminuer leur prix de vente et proposer des produits de très bonne qualité à prix doux. Notre alimentation préférée en 750 watts est la Cooler Master MasterWatt 750 90 € semi passive et semi modulaire ! Elle se décline bien sûr dans d'autres puissances.
  Dernière question à se poser, mono rail ou multi rails ? Le multi rails était un élément marketing, maintenant c'est l'inverse on ne trouve le multi rails que sur des alimentations anciennes ou de basse qualité et encore sur des alimentations de plus de 1200 watts difficile à gérer sur un seul rail. L'abandon du multi rails est dû à la difficulté de gérer la répartition de la puissance sur les composants. Par exemple une alimentation de 1000 watts sur 4 rails délivrera 4 fois 250 watts. Pour alimenter 2 cartes graphiques puissantes il faudra panacher correctement les 8 sorties PCIe sur les 4 entrées des cartes sous peine de se retrouver avec 500 watts par carte, ce qui va encore, mais au pire avec seulement 250 watts maxi par carte à condition que rien d'autre ne soit branché sur ce rail !

  Vous en savez maintenant autant que nous, à votre tour de nous proposer votre configuration selon votre budget et selon son utilisation sur le forum => Demandes de configuration en fonction de votre budget ou Décrivez votre configuration.

  Nous aborderons plus tard les moniteurs ainsi que l'apport du multi GPU en crossfire ou SLI (en fait ces techniques sont de plus en plus mal gérées par les nouveaux jeux). N'hésitez pas à poser vos questions, à demander une suite de cet article ou de partager vos connaissances sur le forum => Comment choisir ses composants informatiques

Accueil